La technologie vidéo présentée lors d’un séminaire de l’IFAB

Le premier séminaire sur les expériences avec les arbitres assistants vidéo (VAR) dans le football s’est déroulé ce 20 mai à Amsterdam (Pays-Bas).

Les ligues et associations souhaitant mener des expériences – validées par l’IFAB – au cours des deux prochaines années ont pu voir la technologie en action, la Fédération Néerlandaise de Football (KNVB) démontrant comment leurs tests – durant lesquels les résultats n’étaient pas communiqués aux arbitres – ont fonctionné pendant un match d’Eredivisie opposant l’Heracles Almelo et le FC Utrecht ce 19 mai.

"Nous avons choisi Amsterdam comme site du premier séminaire parce qu’au cours de ces dernières années, la KNVB procédé a quelques tests initiaux, et nous avons estimé qu’il était juste de leur donner l’occasion de présenter leurs principales conclusions et de s’en servir comme base pour nos discussions à venir", a déclaré Lukas Brud, secrétaire de l’IFAB.

Parmi les principales constatations, la KNVB a déterminé le nombre moyen de décisions par match pouvant potentiellement être améliorées en ayant recours à un assistant vidéo.

"Nous avons vu que grâce à un arbitre assistant vidéo, nous pouvions corriger environ un quart des incidents à même de changer le cours d’un match", a déclaré Gijs de Jong, directeur des Opérations à la KNVB. "Nous avons aussi constaté que nous pouvions le faire en l’espace de douze secondes en moyenne."

Au cours du séminaire de trois jours, les organisateurs de compétitions ont reçu d’autres renseignements sur les exigences auxquelles ils devront satisfaire pour pouvoir participer.

"Il faut s’assurer que tous nos stades sont aménagés de façon appropriée", a déclaré Todd Durbin, vice-président exécutif des Compétitions et des Relations joueurs à la Major League Soccer.

"La formation des arbitres sera un autre élément clé – pas seulement celle des arbitres assistants vidéo mais également des arbitres sur le terrain et la façon dont ils communiquent entre eux. Il sera tout aussi important de bien communiquer au public afin de s’assurer que tout le monde comprenne la façon dont cela va fonctionner et quelles sont les attentes."

Toutes les associations et ligues intéressées ont encore le temps d’analyser ces informations avant de décider si elles souhaitent ou non tester ce système. Il est prévu de confirmer d’ici à la fin du mois de mai les compétitions qui commenceront leurs expériences en août.

L’IFAB – l’organe indépendant autorisé à décider et approuver des amendements aux Lois du Jeu en consultation avec la communauté internationale du football – supervisera de près chaque test avec le soutien du département de la FIFA en charge des innovations technologiques du football. À cela s’ajoute l’organisation d’une étude – impliquant les organisateurs des compétitions concernées, les fournisseurs de technologie et un institut ou une université indépendant(e) sélectionné(e) – qui, en recueillant les impressions des diverses parties prenantes, mettra l’accent non seulement sur les conclusions en matière d’arbitrage mais également sur les conséquences sur le jeu lui-même.

Le séminaire de cette semaine fait suite à la décision historique prise en mars 2016 par l’IFAB, qui avait autorisé la tenue d’expériences en match. D’autres réunions et séminaires auront lieu dans les prochaines semaines pour que les organisateurs de compétitions participants aient le temps de comprendre toutes les procédures et détails portant sur les expérimentations.

"Ce séminaire n’est qu’un début. Si tout va bien, avec toutes les informations et les données dont nous disposerons et qui seront également analysées par un organisme indépendant, l’IFAB sera en mesure de prendre une décision en 2018 ou 2019", a conclu Lukas Brud.

De plus amples renseignements sur les arbitres assistants vidéo sont disponibles ici, tandis qu’un document FAQ est disponible ici.