Le grand soir de Helsinki

Equipé il y a quelques jours à peine d’un tout nouveau gazon artificiel high-tech homologué par la FIFA , le stade Finnair d’Helsinki a accueilli son tout premier match officiel le 15 mai 2003. A cette occasion, le HJK Helsinki et le FC Jokerit ont donné le coup d’envoi du championnat de première division finlandaise (Veikkausliiga), se quittant dos à dos (1-1). Très impressionnant, cet antre sera le premier équipé d’une pelouse artificielle à accueillir la phase finale d’une compétition de la FIFA, puisque pas moins de dix matches du Championnat du Monde U17 de la FIFA, Finlande 2003 s’y dérouleront cet été.

Aucun des joueurs des deux équipes de la capitale n’a semblé éprouver la moindre difficulté à évoluer sur la nouvelle surface. Il faut dire qu’il ne s’agissait d’une première sur pelouse "artificielle" pour aucun d’entre eux, tant il est vrai que les rigueurs des hivers nordiques que connaît la Finlande rendent l’entretien de gazons naturels pour le moins problématique...

Une première qui fait l’unanimité
Même si les deux buts furent marqués depuis le point de penalty, le derby du jour fit la part belle au jeu léché. Liro Aalto, arrière droit du HJK, analysait avec réalisme la nouvelle surface. "Les conditions que nous connaissons en Finlande nous obligent à recourir au gazon artificiel." Et Petri Helin, milieu de terrain de Jokerit, d’abonder dans son sens : "Notre situation en Scandinavie rend indispensables les pelouses artificielles."

Finalement, quand bien même le gazon naturel reste le chouchou des footballeurs, aucune blessure n’a été déplorée durant le match.

Helsinki a rendez-vous avec l’histoire
Directeur de l’épreuve qui se déroulera en Finlande l’épreuve qui se déroulera en Finlande cet été et membre du Comité d’Organisation Local, Lennart Wangel a récemment reçu FIFA.com pour débattre des avancées considérables réalisées dans le domaine des terrains artificiels. Et il n’a pas fait mystère de son opinion : "La technologie (des pelouses artificielles) a fait des progrès réellement incroyables", a-t-il déclaré.

Le 30 août 2003, le stade de Helsinki – qui reprendra son ancien nom de stade Töölö durant le championnat U–17 deviendra le premier du genre à accueillir une finale de la FIFA.

b>La FIFA en quête d’harmonisation
Cherchant à créer un support compétitif pour les coins de la planète football où la mise en œuvre de gazon naturel constitue un épineux problème, les instances gouvernantes du football ont entrepris des démarches pour contribuer à l’harmonisation des surfaces de jeu. En lançant son Concept de Qualité pour le gazon artificiel en 2001, la FIFA avait fait un premier pas en direction d’une norme uniformément acceptée en matière de pelouse artificielle. Et elle est allée plus loin encore le 28 février 2002, en introduisant un programme de certification et de licence. Ce dernier a depuis permis la création d’un label "FIFA Recommended" et d’une norme de qualité mondiale.

Aujourd’hui, près de 40 stades dans le monde entier portent le label "FIFA Recommended", qui leur permet d’accueillir des tournois officiels de la FIFA.

Une greffe de gazon bien minutée
Tandis que les équipes d’installation s’affairaient fiévreusement à retirer l’ancienne pelouse, 28 camions convoyaient de gigantesques bandes de 74 mètres d’herbe artificielle vers Helsinki. Le nouveau "gazon", appelé mondoturf ecofill 60 II NST, arrivait à grands pas d’Italie, où est installé le concepteur, la société Mondo S.P.a. Le temps était compté, puisqu’il ne restait que huit jours pour mettre la touche finale au stade avant le derby de la capitale.

Selon Jarmo Koskinen, qui a supervisé ce projet d’installation avec le consultant de la FIFA Markus Keller, tout s’est passé comme prévu. "Avec le match approchant à grands pas, notre planning était on ne peut plus serré, fait-il observer. Heureusement, la météo a dans l’ensemble joué en notre faveur."

n dépit de ces changements, les équipes d’entretien du terrain du stade Finnair ne perdront pas leur emploi. Avec successivement une couche de 60mm faite de gazon et de granulés en caoutchouc, une couche de 20mm de fins gravillons et deux autres couches, plus épaisses, de gravier et de sol compacté chapeautant un dispositif de chauffage souterrain, la nouvelle surface demandera presque autant d’entretien que l’ancienne pelouse végétale.

"Les équipes d’entretien du terrain resteront en place au stade Finnair, fait remarquer Jarmo Koskinen. Même si je pense que nous leur avons quelque peu facilité la tâche, compte tenu du climat en Finlande !"