L'Océanie parle surfaces

La semaine dernière, la FIFA a organisé son premier Séminaire des Surfaces de jeu de la FIFA à Auckland, avec comme hôte des lieux la Confédération Océanienne de Football (OFC).

En présence de représentants des 11 associations membres de l'OFC, le séminaire de trois jours a été inauguré par Stuart Larman (Responsable du Programme des Surfaces de jeu de la FIFA), Laurie Stubbing (Consultant de l'OFC pour les surfaces naturelles) et Dr Eric Harrison (Consultant de la FIFA pour les surfaces artificielles).

Par le passé, la FIFA a déjà organisé plusieurs stages, un peu partout dans le monde, consacrés aux surfaces de jeu. La particularité du séminaire d'Auckland est d'avoir réuni au sein d'un même séminaire la thématique des surfaces artificielles et celle des surfaces naturelles.

Larman a expliqué que la construction et l'entretien de terrains de qualité optimale présentaient un intérêt à la fois footballistique et commercial. "Si vous n'avez pas une bonne surface de jeu, vous ne pouvez pas former de bons joueurs et il vous sera plus difficile d'inciter les gens à jouer au football. C'est aussi simple que cela. Mieux vous entretenez les terrains, plus longtemps ils durent", a expliqué l'expert de la FIFA.

Deux sports, un objectif commun
Des délégués de l'International Rugby Board assistaient au séminaire. "Nous avons fait l'une des six présentations avec l'International Rugby Board, pour la simple et bonne raison qu'il a les mêmes normes que nous en la matière. Ses normes sont basées sur les nôtres", a poursuivi Larman. Et d'ajouter : "Il est important à nos yeux, en particulier en Océanie, où les deux sports sont très populaires, le rugby parfois même plus que le football, d'informer tout le monde que la norme en matière de surfaces de jeu est la même pour le ballon rond que pour l'ovale."

"Il est évident que le développement du football n'importe où dans le monde est étroitement lié à la qualité des surfaces de jeu," souligne-t-il ensuite. "Cela est valable à tous les niveaux, des débutants jusqu'à l'élite. Les deux éléments indispensables pour développer le football à n'importe quel niveau sont d'avoir une stratégie viable et de bonnes surfaces de jeu."

L'Officiel du Développement de la FIFA pour l'Océanie, Glenn Turner, a joué un rôle décisif dans l'organisation du séminaire dans cette partie du monde. Larman a précisé que d'autres confédérations avaient déjà exprimé un intérêt marqué pour l'initiative. "Certaines parties ont déjà exprimé leur intérêt et je suis sûr que la demande va augmenter", a-t-il précisé. "Nous n'avons pas encore fait de promotion, mais une fois que la proposition existera, je pense que les personnes intéressées ne tarderont pas à se faire connaître. Ce séminaire est amené à faire le tour du monde."

En prendre de la graine
Les secrétaires généraux de quasiment toutes les associations membres de l'OFC ont pris part à ce séminaire historique, souvent en compagnie d'experts des équipements et des surfaces de jeu dans leurs pays respectifs.

Le Président de la Fédération samoane de football, Sarai Bareman, affirme que le séminaire a été extrêmement bénéfique pour le développement futur des équipements et des terrains dans son pays."Il est très utile de savoir exactement ce que cela implique d'entretenir un terrain et de le conserver en bon état", a-t-il résumé.

"En tant qu'administrateur, je suis parfaitement au point sur toutes les tâches administratives, beaucoup moins pour tout ce qui concerne le terrain. C'est pour cela que j'assiste à ce séminaire", conclut-il. "Notre responsable des pelouses me parle sans arrêt des graines que nous devons utiliser pour le gazon… Maintenant, je serai plus en mesure de soutenir la discussion avec lui."