Nouvel éclairage sur les styles de jeu et les tendances des blessures à la Coupe du Monde Féminine

La FIFA a publié de nouvelles statistiques fournissant un aperçu détaillé des aspects physiques, tactiques et techniques de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™, qui peuvent être comparées aux précédentes éditions de cet événement.

Les statistiques sont tirées d’une analyse des données sur les blessures réalisée par le Centre d’évaluation et de recherche médicale de la FIFA (F-MARC), ainsi que d’une étude menée par Prozone Sports GmbH, qui compare les Coupes du Monde Canada 2015 et l’Allemagne 2011 en matière de données d’analyse de match. Lors de l’analyse des résultats, il convient de garder à l’esprit une série de variables telles que les influences de l’environnement, le développement technique et physique des joueuses, le nombre accru d’équipes (de 16 à 24) et de matches (de 32 à 52) ainsi que les surfaces de jeu.

La collecte de données tant quantitatives que qualitatives est une priorité pour la FIFA après chacune de ses compétitions dans le but d’analyser les tendances et d’évaluer en permanence si des améliorations peuvent être apportées à l’organisation de ses événements ou programmes de soutien aux associations membres. Ce fut particulièrement le cas de Canada 2015, puisque c’était la première Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ à être entièrement disputée sur du gazon artificiel. Les six sites étaient tous équipés de gazon artificiel FIFA RECOMMENDED 2 STAR - le plus haut standard de gazon spécialement conçu pour le football professionnel.

Avant la compétition, la FIFA s’était engagée auprès des équipes qualifiées à répondre à leurs questions et préoccupations concernant la surface de jeu. Il en est resté un canal de communication privilégié avec quelques représentants des équipes, dont des membres de l’encadrement et des joueurs, invités cette semaine à se retrouver au siège de la FIFA à Zurich afin d’échanger des informations au sujet de ce type de surface.

La FIFA considère qu’il est de sa responsabilité d’analyser plus en détail le feedback des équipes et les données de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™ afin d’incorporer ces aspects aux exigences des futurs tests de terrains en gazon artificiel. La FIFA a rencontré dans un premier temps des représentants de l’industrie en octobre et un nouveau manuel de tests des terrains en gazon artificiel a été présenté.

Des enquêtes et des études supplémentaires post-événement, dont un questionnaire médical de grande envergure, sont actuellement conduites par la FIFA afin d’obtenir une meilleure compréhension des impressions des équipes et des joueurs.

Taux de blessures en baisse
Une tendance se dégage des données du F-MARC, qui indiquent une légère diminution du nombre de blessures par match lors des trois dernières Coupes du Monde Féminines de la FIFA. Ces résultats sont basés sur des informations fournies par les médecins des équipes immédiatement après chaque match. Des informations complémentaires sont disponibles dans le rapport technique de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ (p. 95).

Le nombre moyen de blessures par match pour Canada 2015 était de 2,12, contre 2,27 en 2011 et 2,34 en 2007. Le nombre moyen de blessures par match entraînant une indisponibilité était de 0,75 en 2015, contre 1,1 en 2011 et 2007. Concernant le nombre moyen de blessures au genou par match, aucune évolution n’est constatée entre 2011 et 2015 (0,3). Une légère diminution du nombre moyen de blessures à la cheville par match a toutefois pu être observée, passant de 0,34 en 2011 à 0,25 en 2015. Le nombre d’hématomes était quant à lui à son plus haut niveau au Canada en comparaison avec les précédentes éditions de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA.

Données d’analyse de match
L’étude de Prozone fournit des données d’analyse de match permettant de révéler les styles de jeu privilégiés par les équipes lors des deux dernières Coupes du Monde Féminines de la FIFA. Les différences entre les résultats de 2011 et ceux de 2015 sont minimes dans certains domaines, comme le montrent le nombre moyen de fautes par match, le taux de passes réussies dans le jeu et le nombre de passes dans les 30 derniers mètres.

Toutefois une différence plus significative se dégage pour ce qui est du nombre moyen de duels par match (y compris les tacles et les duels aériens) qui est passé de 155,5 en 2011 à 173,7 en 2015. Le pourcentage de tirs cadrés était lui de 39,9% en 2015, contre 33,3% en 2011, et le nombre moyen de buts par match a grimpé de 2,69 en 2011 à 2,81 en 2015.

La vitesse moyenne des passes en 2015 (37,3 km/h) était inférieure à celle de 2011 (44,4 km/h). En revanche, le nombre moyen de passes courtes ou à moyenne distance réalisées par match a doublé. Le nombre de passes courtes (de 0 à 17 m) a ainsi augmenté de 211,5 à 231,7 ; et les passes à moyenne distance (de 17 à 34 m) de 101,5 à 110,1. La vitesse des passes jouées dans les 30 derniers mètres diffère légèrement : 43,5 km/h en 2011, contre 42,7 km/h en 2015. Le nombre total moyen de passes dans le jeu était de 371,8 en 2015, contre 341,3 en 2011.

L'intégralité de l’étude de Prozone est disponible en lien sur votre droite.